Prémonitions (9)

Previously on Prémonitions, Part 8

Si vous venez de “découvrir” le blog, commencez dès le début ^^  Ici

Il mit sa tasse sur la table et me regarda droit dans les yeux. Ai-je dit qu’il avait des yeux d’un bleu profond ? Il ne me regardait pas pour me faire peur, il voulait capter toute mon attention. Ce qu’il va dire doit sûrement être important et je dois  être bien concentrée.

Il me dévisagea encore pour quelques secondes avant de dire :

« Je suis Sami, un homme que vous ne verrez jamais dans vos prémonitions. »

Sous l’effet de l’émotion, mes yeux s’écarquillèrent ! Comment pouvait-il savoir pour mes prémonitions ?? Mon sentiment qu’il détenait des informations précieuses se trouvaient justifié par ces mots. Je me trouvais pendue à ses lèvres, attendant impatiemment qu’il élabore son explication.

Il éclata de rire devant mon visage ahuri. Cela faisait combien, la 4ème fois qu’il éclate de rire dans des situations critiques ? Il commençait vraiment à me taper sur les nerfs ce type. Je me rendis aussitôt compte de mon erreur : la surprise m’a rendu incapable de réfléchir calmement et clairement et mon visage trahissait toutes mes émotions. Cela me rendait vulnérable aux yeux de cet homme, qui pouvait lire en moi tel un livre ouvert, et j’imagine qu’il se plaisait dans le rôle du parfait maître de la situation… J’étais sérieusement en désavantage ; sinon, pourquoi aurait-il rit dans une situation pareille ?

Je recomposais rapidement mon visage (poker face parfait) et lui fit signe de la main de continuer. Il rit quelques secondes de plus et, lorsqu’il posa à nouveau son regard sur moi, il vit un visage sans aucune émotion. Il prit alors un air sérieux :

« Écoutes, l’histoire est trop longue et je me contenterais, vue les circonstances, d’une version beaucoup plus courte. De plus, tu n’as pas besoin de connaître tous les détails. (Pause) D’ailleurs, certains faits ne te concernent pas du tout (autre pause). Je sais que tu as des prémonitions et, qu’en essayant de les ignorer ou d’y résister, tu en as été tellement submergé qu’il a fallu te transporter à un hôpital. Cela risque de se reproduire, très prochainement d’ailleurs. Je suis là pour t’aider ; tu dois me faire confiance mais avant tout, tu dois laisser ces prémonitions revenir et apprendre à mieux les gérer.

–       Vous allez m’aider comment ?

–       Je vais te montrer comment tu peux exploiter ces prémonitions et en tirer avantage.

–       Je pense que vous ne comprenez pas la situation. Je ne sais pas qui vous êtes, mais..

–       Je suis Sami, je viens de te le dire.

–       Oui oui Sami, mais ça ne m’avance pas sur qui vous êtes vraiment. (il fit une moue et s’apprêtait à se défendre)… Non, non, avant que vous ne me disiez quoi que ce soit, vous devez savoir que je ne veux pas « exploiter » ces foutues prémonitions, comme vous dites. Je veux m’en débarrasser !! Elles ont fait assez de dégâts comme ça! Je veux retrouver ma vie, ne plus être submergée par des visions tout le temps, et je ne veux pas me mêler des affaires des autres. »

Un long moment de silence s’ensuivit. Malgré ma résolution de garder un visage calme, on y voyait clairement des traces de rage et de détermination. Sami par contre semblait hésitant : clairement, il ne s’était pas attendu à une telle réaction de ma part. il croyait que j’allais le supplier de m’aider mais n’avait pas pensé à la solution radicale d’arrêter ces prémonitions.

–       « Sara, ne soies pas si négative !! C’est un don que tu as là ! Tu as seulement besoin de mieux le connaître pour mieux t’en servir !

–       Mais je ne veux pas m’en servir !!! Si vous voulez vraiment m’aider, aidez-moi à les arrêter, je vous en supplie.

–       Je … je ne peux pas le faire, désolé.

–       Dans ce cas, je vous remercie infiniment. Vous dites qu’elles vont revenir prochainement, je continuerais à les ignorer et si cela signifie une autre visite à l’hôpital, ça ne me gêne pas.

–       Je pensais que je vous connaissais assez bien, mais je ne savais pas que vous étiez aussi égoïste.

–       Vous commencez à dire n’importe quoi c’est ça ?

–       Ah non !! une autre visite à l’hôpital… comme si cela était aussi simple. As-tu pensé à Laila ?? Tu es la seule personne qui lui reste et tu l’abandonnes aussi simplement ? La pauvre n’a toujours pas payé les frais de ton dernier séjour en réanimation et tu penses déjà à une deuxième visite !»

Je fus prise de surprise encore une fois… il avait raison… Laila, on n’a pas encore discuté des frais de l’hôpital… Laila allait rester toute seule, comme un zombie et je pense qu’elle ne supporterait pas ce deuxième coup.

Mon hésitation, ma panique, mon désarroi étaient alors profonds. Cet étranger que je voyais pour la deuxième fois dans ma vie avait raison ! Mais… mais si j’arrêtais ces prémonitions, nul besoin de retourner à l’hôpital non plus, ni de risquer la mort ?

Cette pensée me redonna espoir et je levais les yeux vers lui. Il se tenait debout, près de la fenêtre, je ne l’avais même pas vu bouger. Je m’approchais de lui à pas lents, pesant mes prochains mots et pensant à chaque formulation :

–       « Si… si mes prémonitions s’arrêtent, je n’aurais plus besoin d’aller à l’hôpital non plus ? pas vrai ? »

Il me regarda avec une résignation qui lui était nouvelle, une expression que je n’avais encore jamais vu, comme s’il venait de prendre une décision importante :

« Je vais reformuler ma phrase : vous ne pourriez jamais, vous m’entendez bien, jamais arrêter ces visions. Soit vous apprenez à vivre avec, et ça va être difficile à atteindre, soit vous les laisser vous submergez et vous en serez morte. A vous de choisir ! De mon côté, si vous décidez de continuer à vivre avec ce fardeau, je vous promets et que je vous aiderais du mieux que je pourrais ! »  Pendant ce discours, il ne me tutoyait plus et me regardait droit dans les yeux. Il voulait que chaque mot ait un impact sur moi et que je comprennes qu’il parlait sérieusement.

Je ne pouvais donc pas arrêter ces prémonitions! Elles allaient m’accompagner à vie, occuper chaque instant de mes pensées, me plonger contre mon gré dans la vie de plusieurs inconnus. Mais ce Sami avait raison, cet inconnu qui semblait connaître tout sur moi et qui me tutoyait comme si on était de bons vieux amis avait visé juste. Je ne pouvais pas abandonner Laila dans cet état et risquer qu’elle frôle à nouveau une crise émotionnelle qu’elle ne surpasserait sûrement pas.

Des minutes passèrent en silence. Clairement, Sami me donnait du temps pour que je réfléchisse à la décision à prendre.

– “Sami, j’accepte de vous écouter jusqu’à la fin sur comment je peux gérer mes prémonitions. J’espère que vous m’aideriez comme vous le promettez. Quand à vous faire confiance, je ne vous garantis rien à présent; la confiance ne se donne pas, elle se gagne. Vous pouvez commencer à la gagner par répondre à mes questions.

– Sage décision Sara. Pour commencer, j’ai une condition pour toi … en fait ça sera 2. La première c’est que tu dois obéir et suivre à la lettre toutes mes instructions, même si tu n’en comprends pas le but.

– OK chef! (Ai-je accepté beaucoup trop vite?? Ah, ma curiosité va me tuer un de ces jours!!) La deuxième?

– La deuxième est que tu me tutoies aussi… j’ai comme une prémonition qu’on va devenir de bons amis”.

Il sourit face à son jeu de mot, je souris aussi, faiblement; le temps n’était pas approprié aux blagues mais je saluais quand même sa tentative de détendre un peu l’atmosphère.

“Mon tour maintenant pour imposer mes conditions! Je suis prête à vous (il fit une grimace et je me repris tout de suite)… t’écouter et exécuter tes ordres. En contre partie, je voudrais que tu me dises toute la vérité: je ne peux vous faire confiance si tu ment! J’aimerais que notre relation soit basée sur le respect et l’honnêteté… on verra pour l’amitié après. On est d’accord?

– Même si la vérité est dure à accepter et qu’il serait en ta faveur de ne pas connaître certaines choses…

-S’il te plaît, laisse moi seule juge sur ce qui est en ma faveur de ce qu’il ne l’est pas.  C’est mon unique et seule condition. Es-tu preneur?”

Il hésita quelques secondes, prit un long soupir puis acquiesça de la tête.

“Ok, merci pour la promesse. Maintenant, j’ai quelques questions pour toi …”

Prémonitions 10 sur ce Lien

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Create a free website or blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: